Le harcèlement sexuel, la prostitution, et dans le milieu des blogueuses/Youtubeuses on en parle ?

Hello tout le monde ! Aujourd’hui je voudrais profiter un peu de l’actualité pour aborder un sujet qui nous touche quasiment toutes et tous : Le harcèlement sexuel. Je voudrais parler du sujet de façon assez large mais soulever les questions du harcèlement au sein même de la communauté des blogueuses, youtubeuses. 

Pour remettre les choses un peu dans leur contexte, le feu aux poudres a été mis par rapport aux allégations contre Harvey Weinstein, un célèbre producteur Hollywoodien accusé de harcèlement sexuel. Conjointement, en France nous entendions parler également de la polémique qu’aurait lancé Jéremstar un « reporter » people, concernant la prostitution au sein des stars de la télé réalité voir des bloggeuses. Un peu partout dans le monde ces actualités ont poussé des victimes à sortir de leur silence. En ce moment au Québec c’est au tour de Eric Salvail, producteur d’émissions télévisées et audiovisuelles d’avoir été dénoncé. Les accusations fusent de toutes parts et le plus triste dans l’histoire c’est qu’elles sembles solides et justifiées.

Qu’est ce que le harcèlement sexuel ? 

Le site internet droit-finance le décrit comme étant « Le Code pénal définit le harcèlement sexuel comme « le fait d’imposer à une personne, de façon répétée, des propos ou comportements à connotation sexuelle qui soit portent atteinte à sa dignité en raison de leur caractère dégradant ou humiliant, soit créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante ».

Pour ma part je trouve cette définition assez complète. Vous remarquerez qu’on ne parle pas dans cette définition d’actes, car bien entendu ici cela relèverait d’agression sexuelle et non plus de harcèlement. Ainsi, une simple main posée sur une cuisse sans consentement est considéré comme une agression sexuelle.

Mon rapport et mon expérience avec le harcèlement sexuel

Je me considère « chanceuse » de ne pas avoir vécue d’expérience traumatisante car c’est malheureusement plus commun que ce que l’on imagine.

Mon premier baiser d’adolescente fût avec un garçon plus âgé que moi, de 3 ans, à cet âge là, la différence est plus marquée. Pour ma part j’étais totalement naïve et inexpérimentée. Je me souviens encore des commentaires déplaisants, à caractère sexuels des copains de ce garçon qui me tenait contre lui et qui espérait bien plus qu’un simple bisous. Je me souviens avoir ressenti beaucoup de gène mélangé à un peu de peur à ce moment-là. Fort heureusement pour moi j’étais entourée d’amies ce soir là, nous étions dans un endroit public et il ne s’est rien passé. Avec le recul, je me dis que ce mec, a clairement essayé de jouer avec ma faiblesse due à mon jeune âge, ma naïveté et que si j’avais été seule ce soir là, qui sait ça aurait peut être pu mal se finir !

Autre expérience, celle-ci à une fréquence beaucoup plus significative. Lorsque je me promène en ville, souvent seule, ou lorsque je suis avec des amies filles, des garçons me font des remarques déplaisantes. Ils me disent que je suis « Bonne », que ma bouche leur donne des envies, me demandent qu’est ce que c’est mon 06 et j’en passe. Étrangement, je n’ai jamais droit à de telles remarques lorsque je suis accompagnée, soit de mes parents, soit d’un garçon. Surprenant n’est ce pas ?

Lorsque je raconte, à mes connaissances québécois ces remarques auxquelles nous avons droit régulièrement, ils sont choqués ! Ce qui est le plus triste c’est qu’au fond ils soient plus indignés que moi en entendant cela. Je suppose que l’habitude a fait que d’une certaine façon, nous « acceptons » cela, nous nous résignons.

Si nos amis les quebecois sont consternés, il n’est pas rare, en France de se faire répondre que, nous les filles, devrions nous sentir « flâtées » d’avoir de telles remarques, que dans le fond ça veut dire qu’on plait, alors que nous devrions arrêter de nous plaindre et d’être paranoïaque. Chaque petit poil de mon corps se dresse lorsque j’entends cela.

Tout le monde le sait mais personne ne dit rien, personne ne fait rien

Dans le milieu des médias, de la politique, il se passe des choses tellement folles et sales que vous n’oseriez même pas les imaginer. Des personnes de pouvoir abusent chaque jour des un peu moins influentes. Il n’est pas question de se plaindre ici, perdre un emploi (entre autre) dans les hautes sphères de la société, il n’en est pas question.

Dans le milieu du divertissement, de la télé réalité, on sait très bien que très souvent les prod manipulent, que certaines personnes se voient « contraintes » de faire certaines choses. Ces personnes là on espoir de percer un jour, c’est aussi un peu la course à la notoriété.

Dans les sphères strictement personnelles, les raisons pour lesquelles personne ne dit rien sont un peu différentes. Il n’est ici pas question d’argent, en général, les victimes penseront que de toute façon « c’est difficile à prouver, l’impact sur ma personne est difficilement mesurable » voir pire, certaines ont peur de représailles et ça se comprend. Nous vivons à une époque ou, remettre quelqu’un à sa place devient dangereux pour notre vie.

Qu’en est il dans le milieu des bloggueuses, des youtubeuses ? 

harcelement

A l’ère des réseaux sociaux, je suis souvent surprise de ne pas retrouver ces sujets apparaître plus souvent. Qu’en est il ?

Est-ce que vous, blogueuses, youtubeuses, recevez des demandes un peu bizarres ? Est ce que des interlocuteurs vous mettent mal à l’aise pendant un rendez-vous ? Est ce que certains d’entre eux vous suggèrent fortement des choses qui vous mettent mal à l’aise ? Est ce que dans votre communauté, vous voyez passer des commentaires plus que déplacés ?

Bien entendu, ces questions sont un peu rhétoriques, je connais les réponses et je suis certaine que vous qui me lisez les connaissez aussi.

Pourquoi ne pas prendre la parole ? Vous êtes parfois, des modèles pour un public qui est parfois très jeune. J’entends souvent dire de la part de ces personnes qu’elles ne se « prétendent pas être des modèles » ce que je peux comprendre, malheureusement je pense que la notoriété a également un certain revers et qu’il devient un devoir d’être capable d’envoyer les bons messages. 

Quand certain(e)s avaient vu de la victimisation de la part de la jolie enjoyphoenix lorsqu’elle abordait le thème du harcèlement à l’école, et bien moi je lui tire mon chapeau. Je trouve ça important de parler de sujets dont personne n’ose parler, surtout quand il s’agit d’actes aussi important qui peuvent impacter toute une vie une personne.

Conclusion personnelle

J’aimerais ça que les personnes influentes dans leurs sphères respectives, prennent la parole et osent ce que personne n’ose. On l’a bien vu dans l’actualité, il suffit parfois d’une personne pour que les autres suivent ! Dites-vous bien que si vous êtes victime de quelque chose ou quelqu’un vous n’étiez sans doute pas sa/son premier(e). Il faut que nous encouragions nos enfants, notre famille, nos amis à renouer avec le dialogue parce que ces personnes sont fortes tant que nous sommes rédui(e)s au silence.

Tout passe par l’éducation d’après moi, elle est une arme redoutable et plus efficace que n’importe quelle mesure. Tout le monde n’a pas la chance d’en avoir une, alors je pense qu’il devient un devoir pour les influenceurs/influenceuses de cultiver les bons messages, de sensibiliser leur public à ce type de thématique. Il ne s’agit pas nécessairement de polémiquer,pointer du doigt mais simplement soulever et discuter pour informer.

Notre cher Président français a dit il y a quelques jours, qu’il souhaitait rendre les procédures de plaintes en commissariat plus faciles, notamment pour que le harcèlement de rue puisse être un acte condamnable ! J’ai hâte de voir ce qu’il a en tête, ce qu’il a à proposer. Toutefois, je ne suis pas certaine qu’il ait inclus dans sa démarche le harcèlement sexuel recrurent qui a lieu certainement sous son nez tous les jours. A méditer.

Que pensez-vous de tout cela ? Quelle attitude adopter d’après vous ?Quelles sont les raisons qui poussent qu silence ? Les personnes influentes ont elles un devoir d’après-vous ?

L’automne au Québec, en photos et en poésie

Bonjour à tous et à toutes. Aujourd’hui dans cet article je voudrais partager avec vous quelques photos de l’automne au Québec. Dans notre cher sud de la France, automne rime souvent avec « été indien » et parfois, comme cette année par exemple, son arrivée se fait languir. J’ai rarement eu l’opportunité de voir l’automne ailleurs en France que dans mon cher Sud alors c’est peut être pour cette raison que, pour la seconde fois consécutive, je  reste admirative devant la transformation du paysage automnal du Québec. Comme des images valent mieux que 1000 mots je vous emmène avec moi le temps d’un petit article au Québec. 

En France, en automne, on va souvent cueillir des champignons, ici c’est la saison des pommes et les gens font de l’auto-cueillette. C’est à dire que les gens se rendent dans des vergers privés et vont cueillir en famille les pommes directement sur l’arbre ! C’est un concept très répandu ici, c’est dans les mœurs. A l’heure où les activités en familles se font parfois rares je trouve que c’est une bonne opportunité pour se réunir et partager un petit moment dans la nature.

Pour ma part, c’est au verger de la falaise que j’ai fais mes premières cueillettes et si vous passez par Québec je vous encourage fortement d’aller dans ce verger. Il est sur la rive sud de Québec à Saint-Antoine-de-Tilly et il en vaut vraiment la peine. Les pommes sont succulentes, d’après certains, ils ont les meilleures Honeycrisp au Québec. Le  verger dispose également de bien d’autres variétés de pommes qui vous seront présentées bien entendu. Les propriétaires sont adorables et leur verger est très bien entretenu. C’est vraiment un plaisir de nous y rendre ! Voici leur site internet si ça vous intéresse : Cliquez ici.

verger de la falaise

allées 2

1

2

Puisque nous sommes encore à  Saint-Antoine-de-Tilly je voudrais partager avec vous quelques photos qui ont été prises en fin d’après-midi ! La luminosité était exceptionnelle et le point de vue me permettait d’avoir accès au fleuve, le Saint-Laurent lorsque le soleil se couchait ! On ne se lasse pas d’une telle vue.

Maison arbres

arbre tronc

fleuveGab soleil

Toujours du coté du Québec, mais cette fois-ci dans le parc de la Mauricie, à Shawinigan, je vous emmène en ballade sur les sentiers de forêt que nous avons emprunté ! Des  km en forêt, l’odeur des feuilles et de la terre humide, l’adrénaline et l’excitation de croiser des animaux, le bruit des oiseaux, les rayons de soleil qui percent parfois entre les arbres, la récompense d’arriver à un belvédère (point de vue). C’est reposant, c’est apaisant de se retrouver dans la forêt. C’est épuisant aussi mais c’est de la bonne fatigue, celle qui nous ressource, celle qui nous éloigne le temps d’un moment des petits tracas du quotidien ! Je ne peux que vous suggérer d’essayer, c’est magique, c’est peut être encore plus efficace que le chocolat ou le pot de crème glacée et en plus, ça ne provoque pas de cellulite ^^!

couleurs

baies rouges

coeur

2 lacs

foret

castor 2

Le castor ci-dessus que vous voyez, nous a offert un beau spectacle en venant seulement à quelques centimètres de nous. Nous sommes restés une bonne heure à les regarder aller et venir, mâchouiller, manger leurs branches. Ce petit spectacle était la « cerise sur le sunday » comme diraient nos amis québécois.

Je vous laisse sur ces quelques mots, un second article viendra peut être ! En attendant, dites-moi comment vous trouvez les couleurs de l’automne Québécois ?

Mon Automne au Québec

Nous voilà à l’automne, il est arrivé discrètement, Pas besoin d’un klaxon, Son contrat est signé tacitement.

A chaque année c’est pareil, Toujours ce même émerveillement, Tous nos sens sont en éveil, C’est un véritable enchantement.

D’abord le soleil se fait doux, Puis il rayonne moins longtemps, Mais pourtant jusqu’au bout, Il se fait chatoyant.

L’on assiste alors sagement, Au grand ballet des couleurs, De là-haut au firmament, Jusqu’aux arbres enchanteurs.

Non sans une pointe de mélancolie, Nous sentons sa douceur, Nous maintenant ébahis, Nous réchauffe le coeur.

De ses milles et une saveurs, Des courges aux potimarrons, C’est toujours un pur bonheur, Oui l’automne c’est ma saison !

©Lipspicntrips

Pourquoi j’ai perdu toute confiance dans le secteur de la cosmétique, nouvelle norme Iso 16128, doit on se méfier ?

Pourquoi j’ai perdu toute ma confiance dans la cosmétique ?

Aujourd’hui je viens me confier à vous, vous expliquer pourquoi j’achète de moins en moins de produits cosmétiques et pourquoi j’ai complètement perdu toute ma confiance en ce secteur. Aujourd’hui, il ne me viendrait plus à l’esprit de ne pas décortiquer la composition d’un produit avant de l’acheter.

Cosmétiques mensonges

On paie le Marketing et le packaging et pas vraiment les actifs du produit

Si vous me lisez, c’est que l’univers des blogs ne vous est pas inconnu et vous connaissez un petit peu les pratiques des marques : Utilisation des bloggeuses pour faire des placements de produits, partenariats etc. Vous savez aussi peut être que dans le coût de revient d’un produit, souvent le marketing et le packaging coutent à eux seuls bien plus chers que les ingrédients réunis du produit. Honnêtement ça me tente moyen de mettre mon argent de poche pour que Selena Gomez ou autre se fasse abondamment rémunérer.

Nos produits cosmétiques sont remplis de « flotte »

Vous amusez-vous souvent à lire la composition de vos produits cosmétiques, supposément soins ? Et bien si vous le faites, vous remarquerez souvent que l’eau est l’ingrédient numéro 1, donc l’ingrédient en plus grande proportion dans votre produit. L’eau n’a aucune propriété pour la peau et dans nos pays développés malheureusement, l’eau ne coûte pas si cher ! J’en profite aussi pour vous faire remarquer, qu’en dehors de l’ordre dans lequel les ingrédients sont indiqués, nous n’avons aucune idée sur la quantité des actifs qui sont utilisés…

Il est quasiment impossible d’avoir une idée sur la qualité des matières premières

Il nous est quasiment impossible de vérifier la qualité des matières premières qui sont utilisées. Il y a les labels me direz vous. Je vous répondrais que la plupart du temps les labels sont pour les entreprises qui ont les moyens de se les payer et qu’honnêtement nous n’avons malheureusement aucun moyen de vérifier que le cahier des charges soit bien respecté ou même d’avoir une idée sur la qualité du produit. Alors oui les entreprises ayant des labels sont contrôlées… mais comment et jusqu’où ? Donc en fait je considère, qu’en dehors de ma capacité personnelle à juger si un produit est qualitatif ou non, en tant que consommatrice, je n’ai aucun moyen tangible de le  vérifier.

On nous ment à 99% du temps sur les propriétés des produits

Pourquoi dit-on aux personnes qu’une crème, un fluide et j’en passe sont « hydratants » ? Ceci est un abus de langage !  Un produit cosmétique ne pourra JAMAIS être hydratant à lui seul… seuls les liquides que vous buvez ou ingérez via votre alimentation ont le pouvoir d’hydrater votre corps ! Au mieux, un produit efficace permettra à votre film hydrolipidique d’être résistant et conserver son bon niveau d’hydratation ce qui vous procurera une sensation d’apaisement.

Je ne sais pas pour vous mais, j’ai rarement utilisé un produit cosmétique en me disant « waou quelle efficacité c’est incroyable ». En revanche j’ai remarqué que les matières premières brutes, tenaient bien plus souvent les promesses qu’elles ne formulaient pas. Autrement dit, les ingrédients naturels EUX ont de véritables propriétés, facilement observables, mais faut-il encore être capable de dénicher ceux qui sont de bonnes qualité. On passera notre tour chez Aroma Zone et compagnie.

Les ingrédients au dos du produit ne sont pas déchiffrables pour un consommateur lambda 

ps compo démaquillant bon

La réglementation actuelle n’oblige pas à donner au consommateur toutes les informations qui lui permettraient de faire un choix éclairé quand il s’agit  de produits de beauté. Ma première remarque c’est qu’il faut être chimiste ou alors très intéressée sur le sujet pour être capable de déchiffrer la composition d’un produit. Les termes utilisés, la non précision sur l’origine (végétale, animale ou synthétique) ne nous permettent pas de savoir de quelle substance on parle. Seriez-vous nombreuses à acheter un produit si vous saviez le conservateur utilisé est avéré cancérigène ? Pour n’en citer qu’un qui est bien connu, le phénoxyéthanol ? Peut-être pas. Or à ce jour, rien n’oblige les marques à montrer un tel degré de transparence.

Une évolution de la règlementation à venir avec la norme ISO 16128 qui tend encore plus à induire les consommateurs en erreur

Très bientôt, dans un souci d’homogénéisation des normes européennes du secteur de la cosmétique, la norme ISO 16128 permettra à un cosmétique qui contient des ingrédients issus de la pétrochimie et pouvant être néfastes pour la santé, d’obtenir malgré tout un label « naturel » voir pire, « biologique ». Je cite « La norme ISO tolérerait donc « la présence de composants controversés dans les formulations, comme le phénoxyéthanol, les parabènes, les silicones ou les dérivés d’animaux morts. » » C’est tout bonnement scandaleux quand on sait déjà à quel point le consommateur lambda est mal informé. En d’autres mots, c’est je trouve, de très mauvaise augure pour le secteur de la cosmétique et cela continue de me rendre plus que méfiante envers ce dernier.

Ne mettons pas tout le monde dans le même sac !

Cet article ne visa pas à condamner 100% des marques dans ce secteur parce qu’il y a fort heureusement, des marques qui font de la qualité et qui ont de profondes convictions ! Malheureusement ce ne sont pas toujours ces marques qui sont le plus souvent mises en avant. Ce sont parfois des petites entreprises qui naissent avec une véritable passion et qui peinent à se faire connaitre parfois par manque de moyens.

Pour vous citer quelques marques je peux vous dire que j’apprécie beaucoup Weleda et les produits sélectionnés sur le site « au cœur des racines ». D’un côté on a un géant de l’industrie qui a une approche honnête et qui cultive ses propres plantes, de l’autre nous avons une entrepreneure passionnée qui sélectionne méticuleusement des petites marques dont la composition est excellente.

rose musquée lavande savon

Quelques astuces pouvant donner une idée de la qualité d’un produit cosmétique

  • Le prix: Ne vous faites pas berner, un produit à un prix imbattable cache souvent, soit une production industrielle de masse (et donc il est parfois difficile de faire de la qualité dans ces conditions), soit un revendeur qui ne produit pas et achète ses produits en rémunérant très faiblement son producteur. Si votre produit a un packaging très sophistiqué pour un faible prix, il y a aussi de bonnes chances que vous payiez davantage ce dernier que les actifs de votre produit donc ça ne sent pas très bon.
  • Le nombre d’ingrédients actifs Versus les ingrédients de remplissage ainsi que leur positionnement dans la composition du produit. Si on vous vante les mérites d’un actif qui se retrouve à la fin de la composition et qu’en plus il est noyé dans un large éventail de produits chimiques vous saurez que votre produit n’est pas qualitatif.
  • Les valeurs du producteur: Dieu merci internet nous permet aujourd’hui d’avoir accès à un certain nombre d’informations en ligne. Vous pourriez regarder le site internet de la marque et chercher à savoir de quelle façon il s’approvisionne en matières premières, comment il les sélectionne, cultive-t-il ? Ça peut donner une idée sur les valeurs et les motivations du producteur.
  • Les certificats d’analyses : Parfois, certaines marques, en fonction des produits, acceptent de vous délivrer un certificat d’analyse qui en général vous indique des taux qui peuvent vous donner un aperçu de la qualité du produit. C’est notamment quelque chose de courant dans les teintures mères, bourgeons macérât glycérinés, huiles essentielles etc.

Et vous, que pensez-vous de l’avenir de la cosmétique en général ?

L’huile démaquillante émulsifiante, le meilleur démaquillant ? Pourquoi ?

Coucou les filles !

Aujourd’hui nous parlons démaquillant ! Je voudrais partager avec vous des années d’utilisation de démaquillant et vous parler de ma préférence à moi ! Ne faisons pas de mystères, je vais vous donner aujourd’hui, 5 excellentes raisons qui font qu’à mes yeux, l’huile démaquillante émulsifiante est la meilleure alternative de démaquillage. Bien entendu mon point de vu prend en compte le fait que je sélectionne minutieusement mes produits cosmétiques en fonction de leur liste d’ingrédients.

miniature huile demaq

1- Plus besoin de cotons démaquillants

Qu’on se le dise bien, les cotons démaquillants au même titre que les lingettes génèrent une quantité de déchets considérables. Je ne suis pas spécialement très écolo mais c’est quand même une bonne chose d’en avoir conscience. Par ailleurs les cotons favorisent les irritations de par les produits chimiques traitants qu’ils contiennent, surtout au niveau du contour de l’œil. Avec une huile émulsifiante on a plus ce problème !

2- Un produit adapté à tous les types de peaux (si les ingrédients sont bons et les plus naturels possibles)

La douceur de ce type de produits fait qu’il le rend utilisable par tous les types de peaux sans venir agresser. C’est plaisant de ne pas avoir à se poser la question !

3- Une huile émulsifiante est par définition, en général, plus douce qu’un nettoyant 

Il est plus facile pour cette catégorie de produits d’avoir des tensio actifs plus doux que ceux que l’on retrouve dans d’autres démaquillants liquides par exemples, voir moins d’alcool aussi qui peut s’avérer un peu desséchante. C’est d’ailleurs parfois l’inconvénient de certains produits naturels qui utilisent l’alcool en guise de conservateur.

4- Ne laisse pas de film gras sur la peau

Une huile démaquillante émulsifiante se « lactifie » au contact de l’eau et donc permet d’éviter cet effet film gras qui peut être parfois désagréable, surtout si on ne vient pas nettoyer son visage après le démaquillage. C’est le cas par exemple de l’huile de coco ou l’huile d’olive. Pour éviter cette sensation on peut venir appliquer un gant humide sur le visage.

5- Une efficacité inégalable

Je trouve qu’avec une bonne huile démaquillante émulsifiante, le pouvoir démaquillant est à son maximum. Qu’on utilise du maquillage waterproof ou pas l’efficacité est au rendez-vous sans y passer trop de temps ! Plus besoin d’utiliser un démaquillant + un démaquillant biphasé pour les yeux par exemple !

L’huile démaquillante émulsifiante de TAAJ : Ma préférée

huile demaq taaj

J’en ai essayé beaucoup des huiles démaquillantes et c’est clairement celle que je préfère. Sa composition est assez naturelle, il y a seulement un ingrédient qui me déplaît de par son caractère synthétique et parce qu’il est directement issu de la pétrochimie : Sorbeth-30 tétraoléate.

Cette huile est parfumée mais très délicatement, elle est douce d’usage et ma peau la tolère très bien ! Elle ne pique pas les yeux aussi, ça me parait capital !

Mes petites recommandations pour être sure de choisir une bonne huile démaquillante émulsifiante qui nous convient :

– Bien lire la liste des ingrédients. Préférer les tensio actifs doux à base de coco par exemple.

Attention aux parfums, si vous avez la peau très réactive préférer une huile sans parfum.

– Attention aux conservateurs: l’alcool peut être desséchante si vous avez la peau sensible, cependant elle ne doit pas vous faire peur car sa quantité peut ne pas avoir d’effet négatif. Bannissez les conservateurs chimiques et surtout cancérogènes comme le phénoxyéthanol très souvent utilisé.

– Concernant la « qualité des huiles », extraites à froid ou pas, pour moi ça n’a pas vraiment d’importance dans ce cas, dans la mesure ou je me lave le visage avec un nettoyant juste après mais si vous sautez cette étape alors portez-y attention afin de bénéficier de tous les bienfaits des huiles !

Pour voir mon article en vidéo c’est par ici ! 

Et vous, quelle est votre huile démaquillante préférée et pourquoi ?